RGPD : Nouvelles responsabilités des sociétés et conséquences juridiques


Le RGPD, ou Règlement Général sur la Protection des Données, est entré en vigueur le 25 mai 2018, modifiant ainsi les responsabilités des sociétés en matière de traitement et de protection des données personnelles. Cette réglementation européenne vise à renforcer les droits des personnes concernées et à responsabiliser davantage les entreprises dans leur utilisation des données à caractère personnel. En tant qu’avocat spécialisé dans ce domaine, nous vous proposons un tour d’horizon complet sur les nouvelles obligations qui incombent aux sociétés et les conséquences juridiques auxquelles elles doivent faire face.

Les principes clés du RGPD

Le RGPD repose sur plusieurs principes clés qui déterminent la manière dont les données à caractère personnel doivent être traitées par les entreprises. Ces principes sont les suivants :

  • La licéité, loyauté et transparence : Les données doivent être traitées de manière licite, loyale et transparente vis-à-vis de la personne concernée.
  • La limitation des finalités : Les données ne peuvent être collectées que pour des finalités déterminées, explicites et légitimes, et ne peuvent pas être traitées ultérieurement d’une manière incompatible avec ces finalités.
  • La minimisation des données : Seules les données nécessaires au regard de ces finalités peuvent être collectées.
  • L’exactitude : Les données doivent être exactes, à jour et tout fait inexact doit être corrigé ou supprimé sans délai.
  • La limitation de la conservation : Les données ne peuvent être conservées que pendant le temps nécessaire à la réalisation des finalités pour lesquelles elles sont traitées.
  • L’intégrité et la confidentialité : Les données doivent être traitées de manière à garantir leur sécurité, notamment contre les traitements non autorisés ou illicites et contre la perte, la destruction ou les dégâts d’origine accidentelle.

Les nouvelles responsabilités des sociétés

Avec l’entrée en vigueur du RGPD, les entreprises doivent désormais se conformer à un certain nombre de nouvelles obligations en matière de traitement des données personnelles. Parmi celles-ci, on peut citer :

  • La tenue d’un registre des traitements : Les entreprises doivent tenir un registre interne de leurs traitements de données personnelles, qui doit inclure des informations sur les finalités du traitement, les catégories de données traitées et les mesures prises pour assurer leur sécurité.
  • L’analyse d’impact relative à la protection des données (AIPD) : Les entreprises doivent mener une analyse d’impact sur la protection des données avant de mettre en œuvre un nouveau traitement présentant un risque élevé pour les droits et libertés des personnes concernées.
  • La désignation d’un délégué à la protection des données (DPO) : Les entreprises dont le traitement des données est une activité principale ou qui traitent des données sensibles à grande échelle doivent désigner un DPO, qui sera chargé de veiller au respect du RGPD au sein de la société.
  • La mise en place de mesures de sécurité appropriées : Les entreprises doivent prendre les mesures techniques et organisationnelles appropriées pour garantir un niveau de sécurité adapté aux risques présentés par le traitement des données personnelles.
  • La notification des violations de données : En cas de violation de données à caractère personnel, les entreprises sont tenues d’en informer l’autorité de contrôle compétente, généralement la CNIL en France, dans les 72 heures suivant la découverte de la violation.
  • Le respect des droits des personnes concernées : Les entreprises doivent mettre en place des procédures permettant aux personnes concernées d’exercer leurs droits, tels que le droit d’accès, de rectification ou d’effacement des données les concernant.

Les conséquences juridiques pour les sociétés

Le non-respect du RGPD peut entraîner des sanctions financières importantes pour les entreprises. En effet, l’autorité de contrôle compétente peut prononcer des amendes administratives dont le montant peut atteindre 20 millions d’euros ou 4% du chiffre d’affaires annuel mondial total de l’entreprise, selon le montant le plus élevé. Les sanctions peuvent être encore plus lourdes si l’entreprise est également soumise à une action en justice intentée par une personne concernée ou un groupe représentant ces personnes.

Outre les sanctions financières, les entreprises peuvent également subir des conséquences juridiques indirectes en cas de non-conformité au RGPD. Par exemple, un contrat conclu avec un partenaire commercial peut être remis en cause si l’une des parties ne respecte pas ses obligations en matière de protection des données personnelles. De même, une entreprise peut être tenue responsable des dommages causés à une personne concernée en raison du traitement illicite de ses données.

Il est donc crucial pour les sociétés de prendre au sérieux leurs nouvelles responsabilités en matière de protection des données personnelles et de mettre en place les mesures nécessaires pour assurer leur conformité au RGPD. Cela passe notamment par la mise à jour de leurs politiques internes, la formation du personnel et la réalisation d’audits réguliers pour détecter d’éventuelles failles dans leurs processus de traitement des données.

Le RGPD constitue une avancée majeure dans la protection des droits et libertés des personnes concernées face au traitement de leurs données personnelles. Les sociétés doivent désormais prendre conscience de leurs nouvelles responsabilités et s’assurer qu’elles respectent scrupuleusement les exigences du Règlement pour éviter les conséquences juridiques potentiellement lourdes qui pourraient découler d’un manquement à ces obligations.


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *